Présentation des membres :

Jonathan ADE-URBAN

Passionné de récits mythologiques, de contes et de légendes, Jonathan rêve qu’un jour lui aussi racontera des aventures qui resteront dans la mémoire de chacun. Très jeune il se consacre à l’écriture d’histoires fantastiques et d’heroic fantasy, qu’il met en scène avec son meilleur ami dans les forêts du pays basque. Plus tard, son désir toujours grandissant et sa volonté exacerbée, il se forme aux arts du spectacle et va même jusqu’au niveau Master en cinéma et audiovisuel. Dès lors, il n’a cessé de progresser, tirant son expérience professionnelle en qualité de réalisateur de ses collaborations avec des enseignes telles de Carrefour, Décathlon ou encore Go Pro. Jonathan est toujours désireux de se perfectionner afin d’atteindre les sommets de son art. C’est avec son ami Jimmy Thirion, qu’il se tient à présent au pas de la porte du 7ème art. Aujourd’hui, la partie la plus difficile de leur aventure est devant eux. Jusqu’où iront-ils? A vous de le découvrir.

 

 

Jimmy Thirion

Fondu des arts visuels depuis sa plus tendre enfance, c’est en autodidacte accompli que Jimmy s’est illustré dans son domaine. Formateur pour France Télévision, conférencier pour Adobe France, monteur, truqueur et infographiste de génie, il n’y a aucun domaine qui échappe à son savoir. Avec plus de 10 ans d’expérience dans la post production, Jimmy est parvenu à un niveau de technique et de compétences qui ferait pâlir plus d’un diplômé d’infographie, de montage et de 3D. Aujourd’hui, même la Réalité Virtuelle se met à nue devant lui. Avec son ami Jonathan Ade-urban, ils forment une équipe soudée et complémentaire, maîtrisant ainsi tous les aspects d’une production audiovisuelle. Venez profiter des fruits de leurs connaissances qu’ils ne cessent d’enrichir pour servir vos projets.

 

Genèse :

Tout commence comme ce qui pourrait sembler être un jeu d’enfants. Lors d’un après-midi d’été dans la charmante région des Pyrénées-Atlantiques, au Pays Basque et plus précisément à Hasparren. Trois amis, d’une quinzaine d’années, discutent de leur projet en commun : faire des films. Ils commencent à créer une histoire, des personnages, s’inspirent de fait réels et mythologiques de l’époque Arthurienne et finissent même par créer une production : la J.F.J (production bien évidemment non officielle nommée d’après les initiales des prénoms des fondateurs). Leur première réalisation est un court métrage s’intitulant Origins. Le scénario qui prend place en 2004 (année de réalisation) met en scène trois amis revenus dans le temps par on ne sait quel moyen (au début de l’histoire du moins) qui vont rencontrer la célèbre Dame du Lac de la légende arthurienne. Suite à ce premier projet, un journal local leur avait même consacré un article, confortant leur volonté de se lancer et leur amour du milieu.

Après cette expérience très plaisante mais très compliquée, Jimmy et Jonathan décidèrent de poursuivre dans cette voie sérieusement, toujours aidés par leur troisième comparse, qui lui avait déjà sa voie tracée dans un autre domaine. Les années passèrent et profitèrent à l’expérience de chacun. L’un alla jusqu’en Master “Art du spectacle : réalisation et recherche audio visuelles” (renommé depuis “Production audio visuelle et valorisation des archives”) et l’autre devint une référence régionale dans son domaine. Toujours mus par la promesse de travailler ensemble et de parvenir ensemble au sommet, les deux compères continuèrent de travailler ensemble sur de nombreux projets amateurs comme professionnels. Aujourd’hui, arrivés au bout de la petite route, ils mettent les pieds sur la grande voie du cinéma et de l’audiovisuel.

Objectif :

Mon objectif est né d’une longue période de tests et d ‘expérimentations cinématographiques. Au fur et à mesure de mon parcours dans l’enseignement supérieur, j’ai pu voir que notre pays et les conventions cinématographiques françaises ne permettent pas l’évolution du cinéma et de l’audiovisuel hexagonal. Les parvenus se complaisent dans une vision du cinéma encrée dans les valeurs de la Nouvelle Vague, âge d’or du cinéma Français. Or les temps ont changé. A l’heure où la mondialisation est dans toutes les bouches et où l’ouverture aux cultures étrangères devrait se faire de plus en plus naturellement, le cinéma Français ne parvient pas à s’imposer, à part comme un cinéma prétentieux et ennuyant. Le milieu des professionnels en haut de l’échelle cinématographique française ne reconnaît que la soumission des autres à leurs valeurs, sans laisser de chance à l’innovation. C’est simple, les films qui sortent du traditionnel schéma français, sont boudés par la communauté et  ne peuvent participer au rayonnement de la France. Le meilleur exemple pour moi est celui de Luc Besson. Réalisateur français expatrié aux Etat Unis, il a réalisé de nombreux films de tout ordre ( sci-fi ; thriller ; slice of life ; animation), tourné avec des stars internationales, mais traitant différemment des sujets graves et existentiels propres à l’héritage de la Nouvelle Vague des années 60, se laissant plutôt aller vers des créations plus ouvertes, plus superficielles  en surface ( pour certaines) et surtout plus encrées dans l’ère du temps. De ce fait, et malgré la volonté de Luc Besson de toujours vouloir travailler en France et faire évoluer l’enseignement audiovisuel français ( je pense notamment à la création de la Cité du Cinéma), il est boudé par la grande majorité des hautes sphères cinématographiques et audiovisuelles Françaises.

C’est en suivant cet exemple et bien d’autres en outre Atlantique que mon désir de gravir les échelons du cinéma me conduit vers la création de ma propre micro “production”, afin de ne pas dépendre totalement des grandes productions, aliénées par le système en place et surtout pouvoir évoluer dans un sens précis, celui du cinéma.

Mes motivations sont simples : Dépoussiérer le cinéma Français et donner sa chance à la nouvelle génération de faire ses preuves. Je voudrais, et je sais que c’est illusoire, mais si personne n’essaie il est certain que tout va rester tel quel ; construire une industrie cinématographique française capable de rivaliser face aux studios Hollywoodiens. Il y a un nombre impressionnant de nouveaux étudiants, d’anciens diplômés et d’actifs travailleurs qui aujourd’hui sont lassés de ce fonctionnement, qui veulent faire bouger les choses ! Mais sans le soutient de leurs pairs, ils n’y arriveront pas, nous n’y arriverons pas. Voilà pourquoi il faut se battre pour ses convictions et en tant que membre de cette nouvelle génération, je me dois de prendre les armes.

 

“Quiconque a eu le privilège de réaliser un film est conscient que c’est comme vouloir écrire Guerre et Paix à bord d’une auto-tamponneuse dans un parc d’attraction. Mais lorsqu’enfin la tâche est bien accomplie, peu de choses dans la vie peuvent se comparer à ce que l’on ressent alors.” – Stanley Kubrick